retour.png

N°12 - 040T franco-belge - 1902

La locomotive numéro 12 du Musée des Transports de Pithiviers est sortie des ateliers du constructeur Franco-Belge, situé à Raismes dans le nord de la France, en 1945. Cette locomotive fait partie des plus puissantes machines rencontrées sur de la voie de 60cm, c’est également une des plus imposantes et des plus lourdes.

un monstre de puissance

Ce type de locomotives, appelé « HF160DKDL11 », (KDL pour Kriegs Dampf Lokomotive, (locomotive à vapeur de guerre)), est symbolique de la Seconde Guerre mondiale. De conception Schwartzkopff (constructeur de locomotives allemand) en 1939 pour de la voie de 76cm et des besoins militaires modernes puisque que sa puissance s'élève à 300 chevaux (contre 100 en moyenne), sa production sera assurée par la société Franco-Belge sous occupation allemande à partir de 1944. Deux machines seront envoyées sur le Front de l'Est équipées de tenders à bogies en raison des conditions climatiques du pays. Elles ne sont jamais arrivées à destination et leur sort nous est inconnu. Après la Guerre, l'usine Franco-Belge se retrouvera avec des pièces en stock et proposera cette machine pour divers écartements (de 60cm à 1m435). 24 machines seront construites (pour la France, l'Autriche et l'Afrique) en plus des deux militaires. Plusieurs équipements étaient présents sur cette machine : tout d’abord, l’ajout d’éléments surchauffeurs dans la chaudière qui permettaient une très grande force, mais également une turbine à vapeur placée sur la cheminée, permettant de produire de l’électricité pour éclairer l’intérieur des voitures tirées par la locomotive. Cela explique également la présence d’un tableau électrique dans la cabine ! Ses 4 essieux moteurs imposaient un système spécial pour pouvoir emprunter les courbes classiques, c’est pour cela que les deux essieux avant possèdent un léger débattement latéral et que le troisième essieu est dépourvu de boudin.

un parcours local

Notre locomotive, construite en 1945, était à l’origine commandée par l’armée allemande. La guerre se terminant, un grand nombre de locomotives en commande ne furent pas livrées, la société Franco-Belge contacta alors la société des Voies Ferrées d’Intérêt Local (VFIL), qui en récupérèrent beaucoup. Le Tramway de Pithiviers à Toury (TPT), reçu dans un premier temps 4 locomotives de ce type, numérotées de 4-10 à 4-13 (la 4-12 sera livrée le 10 mars 1946). Grâce à ces nouvelles machines les trains purent être rallongés et des rames de 250 tonnes de betteraves purent être constituées. Deux locomotives supplémentaires seront livrées suite à la fermeture de la sucrerie de Coucy-le-Château en 1963. Celles-ci auraient dû être numérotées 4-14 et 4-15 mais le TPT n’aura pas pris le temps de les remettre en service avant sa fermeture en décembre 1964. Notre locomotive, la 4-12 aura réalisé de nombreux trains, dont un train d’adieu en mai 1965, mis en place par la Fédération des Amis des Chemins de fer Secondaires (FACS) pour permettre aux amateurs de dire au revoir à ce réseau si particulier. Suite à cela, la machine sera cédée à l’Association du Musée des Transports de Pithiviers lors de sa création en 1966. Elle a repris du service en 1977 après une grande révision et a roulé presque sans discontinuer jusqu’en 2014, où elle fût arrêtée en attente de travaux sur sa chaudière. Elle est aujourd’hui garée à l’atelier, et est visible sur demande ou aux Journées Européennes du Patrimoine chaque année par exemple.

1/8

association du musée

des transports de pithiviers

02 38 30 48 26

Rue Carnot - 45300 PITHIVIERS

musee-transports-pithiviers@orange.fr