retour.png

N°2 - 020T Schneider - 1870

Cette petite machine, construite en 1870 au Creusot, en région Bourgogne-Franche-Comté, par la société Schneider. C'est la plus vieille locomotive à voie étroite de France. C'est une « type 69 » et a été construite en 3 exemplaires. À l’origine avec un toit la recouvrant complètement, cette locomotive de 2,5 tonnes était conçue pour une exploitation minière en voie de 50 cm, les carrières étant très réduites au niveau du gabarit, il fallait développer des engins capables de se faufiler à l’intérieur. Même si son histoire reste assez floue, nous connaissons quelques étapes de sa longue vie :

son aventure minière

La Schneider du Musée des Transports de Pithiviers a été livrée aux Mines de Mazenay en Saône et Loire, dès 1870. Cette mine s’occupait d’extraire du fer, la locomotive servait donc à tracter des wagonnets pour le transporter. Par la suite cette locomotive a été transférée aux Mines de La Machine, commune dans la Nièvre. Ces mines appartenaient d’ailleurs au groupe Schneider du Creusot. Cette fois la mine ne produisait pas de fer mais du charbon, nécessaire par ailleurs au fonctionnement de la locomotive. Vers 1924, notre petite machine fit encore un peu de chemin pour gagner les usines Céramiques de Decize, toujours dans la Nièvre. Elle y sera transformée de voie de 50 cm à voie de 60 cm, mais elle n’y sera manifestement pas ou très peu utilisée. 

Son aventure touristique

Alors récupérée par le Musée de la Mine de La Machine, elle sera prêtée au Musée des Transports de Pithiviers le 13 mai 1967 pour qu’elle puisse fêter son centenaire dignement, ce qu’elle fera en 1970. L’Association du Musée des Transports de Pithiviers (AMTP) finira par l’acquérir en 1985 puis elle sera classée à la liste des « Monuments Historiques » le 9 novembre 1987, ce qui permettra d’obtenir des aides pour ses futures réparations, et notamment la fabrication d’une chaudière neuve en 1992. Elle servira à l’AMTP pour des animations occasionnelles, accompagnée de la voiturette Decauville à deux essieux (voir ici). Elle roulera jusqu’en 2012, où elle sera arrêtée. Pour ses 150 ans, les bénévoles ont terminé sa remise en service, elle sera désormais visible en fonctionnement lors de journées spéciales comme les Journées du Patrimoine.

1/13