retour.png

N°5 - 030T blanc-misseron - 1902

Cette machine de « type 77 » est unique en son genre et a probablement l’histoire la plus étonnante des locomotives du Musée des Transports de Pithiviers. Elle fût construite en 1902 par le fabricant Blanc-Misseron (filiale de Tubize, à Hainaut en Belgique), dans les Ateliers du Nord de la France (ANF). Cette locomotive a la particularité de posséder deux numéros de constructeurs : 282 pour Blanc-Misseron et 1317 pour Tubize. Machine typique du service voyageurs, reconnaissable à ses « caches mouvement » d’origine (pièces servant à recouvrir l’embiellage de la machine pour éviter tout problèmes lors de circulations en ville), ainsi qu’a son embiellage étudié pour permettre de rouler aussi bien en marche avant qu’en marche arrière, les tramways n’étant pas toujours équipés de plaques tournantes ou de triangle de retournement (permettant de repositionner la locomotive en marche avant pour le trajet retour).

une longue histoire

Cette locomotive a commencé sa carrière au Tramway de Paramé à Rothéneuf, ouvert en juin 1896, elle portera le numéro 4. En effet, suite à l’Exposition Universelle de Paris en 1889, où Decauville avait installé un réseau en voie portative, de nombreux projets de tramways naissent un peu partout en France. La ligne de Paramé à Rothéneuf, située en Bretagne, utilisait depuis son ouverture de petites locomotives de type 020T à 2 essieux moteurs, mais celles-ci n’étaient pas assez puissantes pour le profil compliqué de la ligne. En 1902 le tramway reçoit cette locomotive à 3 essieux moteurs qui permit de former des trains plus lourds. Malheureusement ce réseau n’était pas assez rentable et fit faillite en 1914. Une demande générale de matériel arriva au début de la Première Guerre mondiale, le 15ème Génie de l’armée, alors en charge des chemins de fer militaires à voie étroite, récupéra une grande partie du matériel du Tramway de Paramé à Rothéneuf, pour servir sur le Front. L'entreprise Couthon l'a racheté après la Guerre. Elle sera louée au Tramway de Pithiviers à Toury à partir de 1923 pour une durée de 3 ans, elle sera ensuite échangée le 02 mars 1926 contre une locomotive 021T Decauville (numéro constructeur : 176) baptisée « Bazoches » de 1893. La 3-5 sera baptisée « Couthon » ou « la 706 » qui était son numéro chez Couthon. Le numéro 3-5 apparaîtra vers 1930. Elle assura la traction des trains de marchandises et quelques trains spéciaux organisés par la FACS dans les années 60.

qui ne s'arrête pas au musée

En effet, son histoire ne s’arrête pas là ! Le département du Loiret, alors propriétaire de la ligne et du matériel du Tramway de Pithiviers à Toury, cède cette locomotive à l’équipe ayant créé l’association en 1966. Celle-ci est toujours en état de marche car elle fût utilisée par le TPT jusqu’à sa fermeture en décembre 1965. C’est elle qui réalisera le tout premier train touristique de l’Association du Musée des Transports de Pithiviers, le 23 avril 1966. Elle assurera pendant plusieurs années l’essentiel des circulations, avant de recevoir une chaudière ainsi qu’un foyer neuf en 1982. Elle sera arrêtée de 1999 à 2007, puis assurera encore de nombreuses circulations jusqu’en 2015, où elle sera placée au musée temporairement.

1/12

association du musée

des transports de pithiviers

02 38 30 48 26

Rue Carnot - 45300 PITHIVIERS

musee-transports-pithiviers@orange.fr